Article de Vie locale - Publié le Lundi 14 Janvier 2019

Mort aux urgences de Lariboisière : l’enquête pointe un personnel insuffisant

  • Hôpital Lariboisière  escn0476.jpg

    Le centre des urgences de Lariboisière comptabilise maintenant plus de 85 000 passages par an, une forte progression due pour une part à la fermeture des urgences de l’Hotel-Dieu. Par contre, le renforcement des équipes médicales n’a pas suivi.

  • Hôpital Lariboisière Rencontre avec Pierre Laurent 13 juin 2018 img_7513.jpg

    Lors du tour de France des parlementaires communistes destiné à faire un point sur la situation inquiétante des hôpitaux en France, Pierre Laurent, Sénateur et secrétaire du PCF, avait rencontré le 13 juin dernier la direction et les personnels de l’hôpital Lariboisière. Ces derniers avaient fait part de leurs vives préoccupations, à savoir le manque de moyens et la réduction des personnels.

     

     

Dans la nuit du 17 au 18 décembre 2018, une femme de 55 ans est morte aux urgences de l’hôpital Lariboisière. Arrivée à 19h, elle a été retrouvée morte à 6 heures du matin.

Suite à ce drame, l’AP-HP a réalisé une enquête interne dont les résultats ont été dévoilés le 14 janvier 2019. Il est avéré que le personnel présent n’a commis aucune faute. Le rapport dresse surtout le constat d'un manque d'espace et de moyens dans des urgences réputées surchargées (230 passages par jour en moyenne, avec des pointes parfois à 350 passages) où les personnels gèrent, en plus du médical, beaucoup de problèmes de précarité... Le rapport préconise la création de plusieurs postes, au moins 3 ou 4. A noter que lors d’une réunion exceptionnelle du CHSCT (comité d’Hygiène et de Sécurité  convoqué le 25 juillet dernier à la demande des personnels, les syndicats avaient demandé le recrutement d’une vingtaine de postes d’infirmiers et d’aides-soignants.

Pour les communistes, ce n’est pas une surprise. Depuis de nombreuses années, ils n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme : lorsque l’AP-HP a fermé les urgences de l’Hôtel-Dieu, ils ont dit que cela ne ferait qu’accentuer la pression sur les urgences de Lariboisière… En juillet dernier encore, ils ont rappelions que « lorsque l’on dégrade les conditions de travail des personnels, on dégrade les conditions de prise en charge des patients ». Nous regrettons qu’il ait fallu un drame pour mettre en lumière ce que nous craignions depuis de nombreuses années.

Les communistes du 10ème seront vigilants que les postes demandés par le rapport soit bien créés. Plus fondamentalement, ils demandent, une fois encore, l’arrêt des fermetures de services hospitaliers à Paris, ainsi qu’un moratoire sur les fermetures de lits à l’Hôpital Lariboisière et sur les restrictions de personnels. Ils rappellent leur demande que l’ensemble des lits de l’hôpital Fernand Widal (lits de long séjour pour les personnes âgées) soient transférés à l’hôpital Lariboisière et que l’ouverture prochaine du Nouvel hôpital Lariboisière ne se traduise pas par des suppressions d’activités  : l’entièreté de l’offre de soins existante aujourd’hui doit demeurer.

Adjoint à la Mairie du 10ème, en charge du logement, des relations avec les bailleurs, de la lutte contre la spéculation immobilière, de la mémoire, des anciens combattants, en charge du quartier Château d’Eau-Lancry.