Loi Asile et Immigration : vote d’une loi dangereuse, inefficace et rétrograde

La loi Asile et Immigration a été votée en première lecture à l’Assemblée nationale le 22 avril après sept jours et six nuits de débat. Lors de ces débats, le Ministre de l’Intérieur et la rapporteure du projet, la députée de Paris, Elise Fajgeles, n’ont eu de cesse de vanter un texte qui alliait fermeté et humanité. Pour la fermeté, nous avons vu : doublement des durées d’enfermement en rétention, raccourcissement des durées pour faire appel en cas de rejet de la demande d’asile, criminalisation des travailleurs sans papiers… Pour l’humanité, par contre, on a plus de mal à voir : ils ont refusé tous les amendements qui prévoyait, par exemple, la fin de la rétention des mineur-e-s ou la régularisation des travailleurs sans papiers. Un texte très déséquilibré qui, dès le départ, était élaboré sur une idée fausse : la France fait face à une crise migratoire. Non, la France fait face à une crise de l’accueil !

Les député-e-s PCF ont pendant sept jours défendu une autre vision de la France : celle d’une France hospitalière et fraternelle ! La bataille continue pour un accueil digne et solidaire des migrant-e-s ! Prochain rdv : le 28 avril pour l’initiative en solidarité avec les migrant-e-s dans les camps du Nord-est parisien !

Actualités