Fraude, évasion et « optimisation » fiscales : les gangsters de la haute finance et des sociétés écran se portent bien, merci !

Ils passeront Noël aux Bahamas… ou dans n’importe quel paradis de la finance et des placements offshore qui pullulent encore sur la planète.

De l’enquête du « Consortium international des journalistes d’investigation » sur les « Paradise Papers » à celle de l’Humanité sur le creusement inexorable et continu des inégalités, la connexion et les résonances sont évidentes : la part du capital et du patrimoine privés dans le PIB mondial a doublé entre 1970 et aujourd’hui. Par contre, la puissance publique s’appauvrissait sur cette même période, réduisant d’autant la capacité des Etats à investir dans les politiques sociales, les équipements publics et le développement économique.

L’enquête a aussi mis en évidence le rôle et l’expertise du cabinet d’avocats d’affaires Appleby dans ce qu’on appelle joliment « l’optimisation fiscale » qui n’est ni plus ni moins qu’utiliser tous les moyens légaux pour échapper à l’impôt et à la solidarité nationale.

Et si, pour Noël, on appliquait intégralement à Bercy les propositions contenues dans le livre des frères Bocquet en matière fiscale ? Voilà un beau cadeau pour tous les travailleurs pauvres et les précaires !

    

Actualités