Article de Journal à Paris 10 - Publié le Vendredi 13 Septembre 2019 - Numéro de Septembre - Octobre 2019

Livraisons à vélo : les tacherons modernes se rebiffent !

  • Olvo Coopérative de cyclistes

    Nicolas Bonnet et Didier Le Reste, élus PCF du Conseil de Paris, opposés à l’ubérisation, ont apporté leur soutien à la coopérative OLVO installée dans le 10ème.

Cet été, vélos, casques et sacs à dos isothermes ont fait plusieurs escales sur la place de la République.

Les livreurs ont subi une nouvelle fois les modifications tarifaires de DELIVEROO. Résultat de ce changement, les courses courtes sont payées à peine quelques euros, (2,50€, 2,70€…) alors qu’un tarif minimal parisien de 4,70€ prévalait jusque-là. À la fin du mois, c’est une baisse de revenus de 20 à 30% pour les livreurs.

Les cyclistes, tous autoentrepreneurs, sont soumis à ces modifications prises sans concertation et ne bénéficient pas de la protection du droit du travail.

Fabien Gay et Pascal Salvodelli, sénateurs PCF, ont participé en 2019 au tour de France « pédale et tais-toi » avec un collectif composé de coursiers, de syndicalistes et de militants de mouvements de jeunesse pour rencontrer ces travailleurs précaires payés à la tâche, afin de proposer des évolutions législatives permettant d’améliorer leur situation.

Des modèles alternatifs plus respectueux des travailleurs existent. C’est le cas notamment d’OLVO, implantée récemment dans le 10e arrondissement, rue Sambre et Meuse. Cette coopérative de livreurs à vélo permet aux rouleurs d’être salariés et impliqués dans la gouvernance de l’entreprise. La mairie de Paris, comme d’autres collectivités, soutient le développement de ces nouvelles initiatives, mais c’est aussi aux commerçants et aux clients de faire appel prioritairement aux entreprises les plus respectueuses des droits des livreurs.

Conseiller de Paris, en charge de la Politique de la ville et de l’intégration.