Article de Journal à Paris 10 - Publié le Samedi 12 Septembre 2020 - Numéro de Septembre - Octobre 2020

Ségur de la santé : la déception !

Le « plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières pour notre hôpital » promis par E. Macron en pleine crise de la Covid, a abouti le 13 juillet à… pas grand-chose !

L’accord définitif se chiffre à 7,5 milliards d’€. Pourtant, depuis 2 ans dans toutes les mobilisations, on entend les mêmes revendications : des moyens humains et financiers pour l’hôpital public et les Ehpad.

Seuls 3 syndicats ont signé ce protocole d’accord (CFDT, FO et UNSA) qui devrait se traduire par une augmentation de salaire de 183 € délivrée en 2 temps pour le personnel non-soignant des hôpitaux publics et privés et des Ehpad ; les médecins, eux, ont obtenu 450 millions d’€ pour leurs revalorisations salariales. Cela représente certes une petite avancée, au regard du régime de disette appliqué depuis des années à l’hôpital public, mais c’est loin des revendications unanimes des personnels hospitaliers réclamant une augmentation de 300 € nets par mois !

Nous ne pouvons accepter ce énième plan pour l’hôpital qui ne s’appuie pour l’instant que sur les seules rémunérations, élément certes important, mais qui ne dit pas un mot sur la fin des fermetures de lits et de services, la fin des restructurations, l’embauche massive de personnel (100 000 pour les hôpitaux et 100 000 pour les Ehpad) indispensables pour un service public de la santé digne du 21e siècle.

Les communistes vont continuer à se battre pour l’hôpital public, le médico-social et notre système de santé avec les personnels et leurs représentant·e·s, les usagers, les élu·e·s. La défense de la Sécurité sociale est un enjeu majeur.

Adjoint à la Mairie du 10ème, en charge du logement, des relations avec les bailleurs, de la lutte contre la spéculation immobilière, de la mémoire, des anciens combattants, en charge du quartier Château d’Eau-Lancry.